stade aurillacois angouleme aviron bayonnais ASBH BEZIERS BO BIARRITZ us carcassonne rugby us colomiers rugby us dax rugby fcg grenoble rugby massy rugby Mont de marsan rugby montauban rugby Src narbonne rugby nevers rugby USAP PERPIGNAN USAP PERPIGNAN poule elite federale 1

Béziers : des raisons d’y croire…

Même le plus optimiste des Biterrois n’aurait imaginé un tel scénario au soir du 10 novembre 2017 après une seconde défaite à domicile face au promu Angoulême : l’ASBH se retrouvait alors 14ème et ne revait alors que de maintien. Un mal pour un bien, les joueurs réagirent alors avec professionnalisme et se décidèrent enfin à jouer collectif.

4 mois plus tard, l’équipe héraultaise impressionne par sa maitrise, son goût pour la victoire, ses rares défauts. L’équipe est devenue complète : les fondamentaux sont assurés, finies les touches défaillantes, oubliées les reculades en mêlée fermée. Les charnières sont de haut vol, assurant le liant de l’équipe. Au passage, mention spéciale à Josh Valentine au sommet de son art. Les cadres, indispensables pour la sérénité d’une équipe, font légion : en particulier, Jonathan Best, replacé dans la cage, sécurise, apaise, sait parler à l’arbitre. Des joueurs moins chevronnés maximisent leur potentiel : le jeune Marco-Pena au talon surprend beaucoup de monde par ses progrès en si peu de temps, l’ailier Morad Touizni a gagné sa place grâce au travail et à la volonté. Ensuite, certains apportent la plus-value tant attendue : Jérôme Porical, jusque-là métronome dans ses tirs de loin, crée maintenant de l’incertitude dans la défense adverse. Tant de joueurs pourraient être pris en exemple, les si précieux guerriers Fernandès, Barrère et Pinto-Ferrer, les Biterro-biterrois Chevtchenko et Ramonéda, le racé Bourdeau, la liste est longue. Enfin, les facteurs X : Ratini est capable de faire tourner l’issue d’un match joué à couteaux tirés, quand par exemple il part seul derrière un ruck. Tyrone Viiga, si son entorse disparait, fixera à lui seul quelques défenseurs, pas trop de 2 ou 3 pour le stopper.

Pour toutes ses raisons, plus que pour des calculs d’apothicaires pronostiquant d’hypothétiques défaites d’adversaires directs, l’ASBH peut enfin croire à juste raison qu’elle a sa place dans les 6 cette année. Il se dit même que certains entraîneurs voudraient offrir au stade de la Méditerranée un barrage à la piaule.

A si j’oubliais… un dernier petit détail est en train de jouer son rôle : le peuple rouge et bleu. Il s’enflamme, il communie, il se resserre, il transhume, il joue collectif, il rend muet ses adversaires. Que dire de ce dimanche après-midi passé au parc des sports et de l’amitié de Narbonne où de mémoire on n’avait vu une tribune Clape G si pleine à craquer. Les joueurs sont loin d’y être insensibles. C’est un double-jeu qui s’installe entre acteurs de terrain et supporters : chacun veut donner du bonheur à l’autre.

Que la fête continue  !

PM.

1 Commentaire

  1. CHAMEAU 34

    14 mars 2018 at 22 h 55 min

    Bravo pour ce très bel article ! Enfin une analyse précise et tellement vraie ! Tout le groupe est à féliciter pour ce retour au premier plan… Cela fait tellement plaisir de voir ces communions avec le public. Les joueurs possèdent un sacré pouvoir qui est celui de rendre les gens heureux ! Aqui es Besiers

Réagissez à l'article ! Qu'en pensez vous??

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :