stade aurillacois angouleme aviron bayonnais ASBH BEZIERS BO BIARRITZ us carcassonne rugby us colomiers rugby us dax rugby fcg grenoble rugby massy rugby Mont de marsan rugby montauban rugby Src narbonne rugby nevers rugby USAP PERPIGNAN USAP PERPIGNAN poule elite federale 1

ProD2-Bilan d’étape après deux blocs.

Déjà 12 journées de disputées et 60 points à distribuer depuis le début du championnat dont plus d’un tiers a été joué. Profitons de ce week-end de trêve pour faire un petit état de lieu avant l’entame du 3e. bloc.

Grenoble au rendez-vous.

Relégué à l’issue du précédent exercice de Top14 le FGC, pourtant remanié (joueurs et staff), occupe le fauteuil de leader. Avec 40 points et un total de 9 victoire pour 3 défaites les Isérois assument (pour l’instant) leur statut de favori même si les observateurs pointilleux noterons un petit coup de moins bien : deux des trois défaites ont été enregistrées lors des 5 dernières rencontres. D’abord à Nevers (17-16) puis dernièrement et sèchement à Perpignan (43-23).Le déplacement en Catalogne s’est soldé par une défaite à zéro point, alors que jusqu’ à présent, les Isérois avaient  pris des points partout. Désormais, ils ne comptent qu’un point d’avance sur Montauban.

Montauban : le Dauphin ambitieux.

De retour dans le monde professionnel à l’issue de la saison 2013-2014, le club Montalbanais construit saison  après saison sa place dans le monde professionnel. Malheureux finalistes la saison passée, les hommes du duo Whitaker/Lafond sont dans la continuité : un effectif équilibré, un recrutement limité mais ciblé et un jeu maîtrisé les conduisent sur le seconde marche du podium à une longueur de Grenoble. Particulièrement efficaces à l’extérieur, les Noir et Vert se sont imposés déjà à 5 reprises en 7 matches hors de Sapiac et totalisent le meilleur classement britannique de la division avec un éloquent +19.

L’Usap enfin ? …

Il semblerait que l’arrivée, en cours de saison 2016-2017,  aux commandes de l’effectif pro de Patrick Arlettaz et de  Perry Freshwater ait permis d’enfin valoriser le potentiel du groupe Catalan qui, il faut bien le dire, n’a jamais trouvé la bonne carburation depuis la relégation intervenue en mai 2014. Troisième à l’issue du second bloc, les Catalans ont fait preuve de plus de régularité et ont même trouvé les clés pour s’imposer à l’extérieur (2 victoires et un nul). Mais attention, une rechute est toujours possible et la pîqure de rappel à Aimé Giral face au Stade Montois (défaite 44/20) pourrait bien s’avérer  avoir été « un avertissement salutaire » pour le suite de la saison d’une formation qui dispose de la meilleure attaque mais seulement de la 10e. défense du ProD2.

Ils sont au rendez-vous.

C’est habituel depuis plusieurs saisons, ces équipes sont très régulièrement dans la zone des potentiels qualifiés en vue des phases finales. La réforme du mode d’accession en Top 14 permet cette saison d’y intégrer une équipe de plus puisque les 6 premiers du championnat seront qualifiés. En embuscade, le Stade Montois occupe la 4e. position. S’appuyant sur la première défense du ProD2, les Landais ont aussi une équipe offensive, notamment à domicile où ils ont déjà inscrit 5 points de bonus offensif et pris 29 des 30 points qui leur étaient offerts ! Sans trop de surprise on retrouve également Colomiers (5e. avec 35 points aussi) qui pour l’instant négocie bien l’après Goutta/Filiatre et semble sevré de sa « Ramos-dépendance ». Enfin, en 6e. position on voir poindre le Biarritz Olympique (31 points au compteur) qui fait son meilleur début de saison depuis son arrivée en ProD2 en mai 2014. Un bilan de 7 victoires et un classement Britannique à  +7 permettent aux Basques de pouvoir envisager l’avenir avec une certaine sérénité, à condition de ne pas se louper à l’entame du 3e. bloc lors de la réception de Narbonne.

Aurillac : une 7e. place en trompe l’œil ?

Au soir de la 12e. journée, le SACA est 7e. donc, si l’on se limite à un raisonnement simpliste, aux portes des places qualificatives. Cela dit avec 26 points le club Cantalien ne compte que 5 points d’avance sur le premier relégable (Narbonne) qui en totalise 21. Autant dire qu’à partir de cette 7e. place les écarts sont particulièrement serrés. Aurillac ne devance d’ailleurs Nevers (l’un des deux promus) qu’au goal-average particulier. Les Neversois, qui découvrent pour la première fois de leur histoire le monde professionnel, ont eu un premier bloc compliqué du fait de 4 déplacements en 6 rencontres. Le second bloc a permis de renforcer les automatismes au sein du groupe (certes expérimenté) et de remporter plusieurs succès dont trois qui pèseront lourd pour la suite : la victoire 17/16 sur le leader et surtout la victoire bonifiée à Colomiers suivie d’une victoire à Carcassonne (un rival direct pour le maintien).

Le groupe des « 24 »

De la 9e. à la 13e. place cinq formations affichent 24 points au compteur : MASSY (l’autre promu), Vannes et Angoulême (les deux promus de la saison dernière), Dax et Bayonne. Même si ces équipes comptent 11 points sur le dernier de la classe, elles ne sont qu’à 3 encablures du fauteuil du premier relégable. Autant dire que le moindre faux-pas, notamment à domicile, peut avoir à court terme des conséquences fâcheuses. Le Béziers/Dax de la semaine prochaine tout comme un certain Angoulême/Carcassonne vaudront leur pesant d’or ! Un mot quand même sur l’Aviron Bayonnais qui figure dans ce « grupetto » si peu en rapport avec son statut d’ex-pensionnaire du Top 14 ni avec  le budget affiché en début de saison. Depuis la saison 2012-2013, et le retour difficile de Mont de Marsan en ProD2, c’est le plus mauvais parcours d’un relégué de Top14.

La machine Biterroise patine !

Alors qu’il y a encore quelques semaines l’ASBH semblait partir sur de bonne bases dans ce championnat et que même quelques optimistes commençaient à regarder vers le haut, la mécanique du duo Gérard/Aucagne semble s’être enrayée sur ce second bloc. Les Héraultais viennent d’enchaîner quatre défaites de rang et n’ont inscrit dans le même temps qu’un petit point. Leur dernière victoire remonte à la 8e. journée face à Carcassonne. Ils n’ont que 2 points d’avance sur Narbonne (premier relégable) qui est même  venu s’imposer au Stade de la Méditerranée avec le point de bonus offensif lors de la 10e. journée. L’ASBH doit renouer avec la victoire dès la réception de Dax lors de la 13e. journée.

Les clubs Audois ferment le bal.

Carcassonne et Narbonne occupent donc les deux dernières place du championnat synonymes de relégation en fin d’exercice. Mais à y regarder de plus près, les situations ne sont pas similaires. Les Narbonnais avec seulement 3 points de retard sur la 9e. place ne sont pas encore véritablement décrochés dans ce championnat. Malgré la défaite au soir de la 12 journée à Nevers, et après l’éviction de la majeure partie du Staff (après la 9e. journée) ils ont eu  les ressources de s’imposer à Béziers (34/19) et de battre Massy 29/15. Les choses semblent en revanche bien plus mal engagées pour les Carcassonnais. Sonnés dès l’entame de la saison à domicile par une cinglante défaite face à Massy (49/10) ils ne se sont imposés qu’à deux reprises en 12 rencontres et pire, il se sont déjà inclinés 5 fois à domicile. Ils ne totalisent que 13 points au classement et trainent déjà comme un boulet un brita-bonnus à -15. Même si les dirigeants annoncent s’affairer en coulisse, n’est-il pas déjà trop tard pour sauver le soldat Carcassonnais ?

Mais le championnat est long, il reste encore 18 matches et il reprend dès jeudi 23 novembre avec la réception de l’USAP par Vannes.

PF

Réagissez à l'article ! Qu'en pensez vous??

%d blogueurs aiment cette page :