Fédérale1. Requiem pour les vieux clubs.

renaud

Qu’il est étrange de se réveiller avec l’amertume qui s’accroche à votre bouche. Même après des litres d’expressos, ce goût persiste, insidieux. Ma naïveté légendaire balaiera de mon cerveau une quelconque théorie du complot attisée par des « on nous en veut, on dérange ». Un minimum d’objectivité démontrera qu’un homme au maillot […]