Prod2-Grenoble: Au bout du bout du bonus

Frédéric PROTIN

Au bout du bout du bonus

Ah ce bonus qui tendait les bras aux Grenoblois en première mi-temps se sera fait attendre tout au long de la seconde mi-temps. Au mental et avec la patience qui s’impose, les hommes de Stéphane Glas ont mis toutes leurs dernières forces dans la bataille pour aller chercher ce point de bonus sur la dernière pénaltouche. Durant les dix dernières minutes, alors que la victoire ne pouvait plus échapper aux Grenoblois, les rouge et bleu ont mis tout leur engagement pour rester dans les 22 m des Montalbanais. Incapables de se sortir de leur camp contre des Grenoblois affamés de bonus, les hommes de Jean Bouilhou commettent faute sur faute. Clément Ancely désigne la touche, Corentin Glenat s’exécute sans trembler en déposant le ballon sur la ligne des 5 mètres. Une pénaltouche repoussée par les diables verts qui ne veulent céder une nouvelle fois, puis une deuxième de nouveau repoussée. Grenoble ne renonce pas et insiste. Troisième pénaltouche et de nouveau repoussée ! Le public pousse également mais rien n’y fait. Les Montalbanais finissent par se dégager, mais pas pour longtemps. Grenoble revient dans les 22 et tente de passer par les trois-quarts. Mais rien n’y fait, la défense tarn-et-garonnaise s’emploie comme des morts de faim. Nouvelle pénalité et nouvelle pénaltouche. Le petit conciliabule autour du capitaine de touche définit alors la nouvelle combinaison. Encore un super ballon capté à deux mains par Clément Ancely, qui, au passage aura fait une véritable moisson en touche cette après-midi, et de nouveau un maul qui se met en place. Il progresse parfaitement, nouvelle faute des Montalbanais qui sont mis au supplice et qui commencent à montrer de sérieux signes de fatigue. Rebelote et de nouveau une pénaltouche, la cinquième qui sera finalement la bonne. C’est notre Lolo Bouchet qui est embarqué derrière la ligne par toute l’équipe ! Enfin, le bonus tant convoité est dans l’escarcelle des Grenoblois qui s’y sont filés comme des enragés pour bonifier la victoire. Mais que ce fut dur en deuxième mi-temps pour venir à bout de ce point supplémentaire.

En première mi-temps, Grenoble a parfaitement maîtrisé son adversaire. Dominant territorialement et dans la possession du ballon, les Isérois ont pris la mesure de leur adversaire. En défense les Grenoblois ont été intraitables et se sont employés avec la bonne agressivité pour plaquer sans relâche les hommes en vert. Malgré des conditions peu propices au jeu de passes, les Dauphinois n’ont cessé de mettre du volume et de la vitesse dans leur jeu. J’ai beaucoup aimé la prestation de la charnière qui a proposé tout un panel de solutions pour mettre les trois quarts dans les intervalles, malheureusement sans succès. Et pourtant, il ne manquait pas grand-chose pour que les actions se terminent derrière la ligne, notamment par Tupuola, Capuozzo et Guillemin. Voyant que cela ne passait pas par les trois-quarts, les joueurs ont tenté le passage en force par leur alignement en développant des mauls pénétrants. Une première fois, c’est Dylan Jacquot qui est envoyé à dame par le pack et à la seconde fois, c’est au tour d’Etienne Fourcade d’aller aplatir. Malheureusement pour la troisième occasion, le changement de combinaison dans l’alignement perturbe la construction du maul, qui échoue dans sa tentative de la passe de trois. À 18-6 à la pause, la victoire ne peut guère échapper aux hommes de Stéphane Glas, à moins d’une catastrophe à la columérine.

Il n’en sera rien mais pendant les premières minutes du second acte, les Montalbanais se sont montrés plus entreprenants, s’engageant beaucoup plus, produisant plus de jeu alors que Grenoble commet des en-avant qui annulent très vite les bonnes occasions d’aggraver le score et, surtout de tuer définitivement le match. Revenus à 18-9 alors que Grenoble bafouait son jeu, les Tarn-et-Garonnais commencent à poser bien des problèmes, notamment en mêlée et se montrent de plus en plus menaçants. Fort heureusement, le staff a la bonne intelligence de faire rentrer du sang neuf dans plusieurs lignes, ce qui rebooste l’équipe qui remet très vite la main sur le ballon. Les problèmes en mêlée étant réglés, les ballons reviennent derrière et Grenoble occupe de nouveau le camp de leur adversaire avec pour seul objectif la victoire bonifiée après avoir pris une avance confortable au pied par Corentin Glenat très en réussite. Le bonus se fera attendre mais survient au bout du bout du match ! Bravo à toute l’équipe. Nouvelle victoire bonifiée sans avoir encaissé le moindre essai, ni pris de carton. Cette première étape hivernale a bien été négociée. Pourvu que cela dure.

Au classement, Grenoble repasse devant Oyonnax d’un petit point et prend 7 points d’avance sur Perpignan. Le trio de tête se dégage un peu de leurs poursuivants, le sixième, le BO difficile vainqueur de Rouen, est à dix points de Grenoble. Grenoble ira sans pression à Perpignan qui va tout faire pour revenir sur le duo de tête. Oyonnax ira à Soyaux-Angoulême, Colomiers recevra Aurillac en lutte pour le maintien et Biarritz accueillera les Provençaux. Une douzième journée prometteuse et encore riche d’enseignements en perspective. Grenoble conservera-t-il son trône ?

Protin Frédéric

Réagissez à l'article ! Qu'en pensez vous??

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Next Post

Fédérale 1 : Résultats et classement de la poule 1 après la 9ième journée