stade aurillacois angouleme aviron bayonnais ASBH BEZIERS BO BIARRITZ us carcassonne rugby us colomiers rugby us dax rugby fcg grenoble rugby massy rugby Mont de marsan rugby montauban rugby Src narbonne rugby nevers rugby USAP PERPIGNAN USAP PERPIGNAN poule elite federale 1

Zoom sur Perpignan vs Stade Montois

Date du match :

vendredi 04 septembre 2015, 19h00

Stade Aimé Giral.


Arbitres du match :

  • Arbitre central :  Ludovic Cayre (Périgord-Agenais).  Voir sa présentation  ICI
  • Juges de touche : Vincent Chiodi-Schroeder et Baptiste Abel-Coindoz
  • Juges d’en but : Marc Gryselier et Yannick Vals
  • Délégué sportif : 
  • Superviseur LNR 

Météo prévue : cliquez sur ce lien

USAP : fondé en 1902

Entraineurs : Grégory Patat (avants), Francois Gelez (3/4)

Effectif : Cliquez  ICI

Couleurs : sang et or

Stade : Stade Aimé Giral, Allée Aimé Giral, 66000 Perpignan, voir le stade, son histoire et son emplacement ou comment s’y rendre

Site officiel du club : http://www.usap.fr/accueil.php

Site/Forum des supporters : http://www.usap-forum.com


Vous pouvez retrouver des images des matchs :

  • Stade Montois vs LOU de la 2ème journée : cliquez  ICI 
  • Carcassonne vs Perpignan de la 2ème journée : cliquez  ICI

La ville et le club

La ville de Perpignan, préfecture du département des Pyrénées Orientales, compte 120.000 habitants pour une unité urbaine comprenant plus de 190.000 habitants. Cette cité méditerranéenne, typique et ancrée dans son terroir, est la deuxième ville du Languedoc-Roussillon après Montpellier. Située sur un nœud routier et ferroviaire important en direction de l’Espagne, elle est marquée par l’histoire et son origine remonte à la fin du 1er millénaire. La ville appartenait au Royaume de Majorque et se fortifia progressivement face au Royaume de France. La ville sera néanmoins conquise par Louis XIII en 1642 et le Roussillon est alors rattaché au Royaume de France en 1659. Vauban en fera une citadelle « imprenable » mais la municipalité démolira hélas l’ensemble de l’ouvrage au début du XX° siècle. Il ne reste plus de cette vieille ville aujourd’hui que le Castillet ou le Palais des Rois de Majorque, la loge de mer, le palais de la députation, la cathédrale St Jean Baptistele Campo Santo, le Palais des Corts …  La ville sera bien sur marquée par la révolte vigneronne du midi en 1907.

Le XX° siècle verra la cité se développer au niveau démographique en passant de 35.000 à 120.000 habitants. C’est une ville de mixité issue des mouvements migratoires. Elle est devenue un centre universitaire de 10.000 étudiants avec un déclin progressif de l’industrie et un essor du tertiaire. La ville y a installé aussi le plus gros centre de logistique de fuits et légumes d’Europe.

L’Usap ou Union Sportive Arlequins Perpignanais est un club mythique et très ancien du rugby français. Le rugby est apparu en effet dès la fin du XIX°/début XX° à Perpignan dans divers clubs (dont l’Association Sportive perpignanaise en 1902, ancêtre du club). Très tôt, la ville se distingue par ses bons résultats, dans le monde universitaire ou entre clubs. La ville accède à l’élite en 1911 après son titre de seconde division contre Dole. Elle ne quittera plus cette 1ère division jusqu’à la descente de la fin de saison dernière.

Après un échec en demi finale en 1913, Perpignan (qui n’est pas encore l’USAP) remporte son 1er titre contre Tarbes (8/7). C’est Aimé Giral, qui décèdera ensuite au front pendant la Grande Guerre, qui passera la transformation victorieuse.

Après le 1er conflit mondial, les 2 clubs de Perpignan (ASP er SOP) fusionnent en mémoire aux nombreux joueurs décédés mais il existe encore d’autres clubs à Perpignan dont les Arlequins Club Perpignanais. La fusion donne naissance à l’Union Sportive Perpignanaise qui devient de nouveau champion de France contre Toulouse en 1921. L’équipe jouera 3 finales consécutives en 1924/25/26 et en gagnera une en 1925 avec un 3ème titre de champion de France. Après un désaccord, l’entraineur et de nombreux joueurs partent dans un grand club de l’époque, Quillan (ville phare de l’industrie du chapeau), non loin de Perpignan et qui fut champion de France en 1928/29/30. C’était d’ailleurs la 1ère véritable équipe professionnelle à l’époque.

En 1933, les 2 clubs perpignanais dépossédés de leurs meilleurs joueurs décident de fusionner. L’USAP apparait (de même que le XIII catalan qui entretiendra la rivalité sans fin entre le 13 et le 15).

L’USAP gagne un 1er titre de challenge Y. du Manoir en 1935. Le club perd la finale du championnat contre Biarritz mais prendra sa revanche contre le même club et redeviendra champion de France pour la 4ème fois en 1938. De même, l’équipe réussira pendant la guerre a remporter son 5ème titre contre Bayonne, en 1944 .

Après guerre, l’USAP parviendra à atteindre plusieurs fois les demi-finales ou la finale et remporte son 6ème titre en 1955. La suite sera beaucoup plus difficile et le club retombe dans l’anonymat dans les années 50/60. Le club parviendra à atteindre la finale contre le grand Béziers en 1977 mais s’incline. La suite reste très inégale dans les années 80/90 même si l’équipe remporte son 1er trophée depuis 1955 avec un challenge Y. du Manoir en 1995 face à Montferrand.

Le rugby entre alors dans le professionnalisme à la fin des années 90. Le club atteint la finale du championnat contre le Stade Français mais est défait 38/20. Perpignan joue régulièrement la coupe d’Europe et perdra sa finale contre Toulouse en 2003 par 22 pts à 17. Enfin, après tant d’années de disette, le club redeviendra champion de France pour la 7ème fois en 2009 en battant Clermont en finale par 22 pts à 13 (le dernier titre daté de 1955 !). Cette victoire en fait le 6ème club le plus titré de France. Ce fut une immense joie pour le peuple catalan. Dans le même temps et depuis 2004, le club a signé un partenariat avec le Barça et joue de temps en temps, des matchs délocalisés à Barcelone.

Les aventures du club hélas vont se dégrader au début des années 2010. L’effectif pourtant étoffé ne pourra faire face aux contraintes d’un championnat toujours plus exigeant et après plus d’un siècle de présence au plus haut niveau, la fin de la saison 2013/2014 se soldera par une descente.

La saison dernière, la prestation fut inégale, en deça des objectifs affichés en début de saison. L’équipe vit son parcours s’arrêter contre Agen en 1/2 finale après un suspens incroyable. Perpignan finit la saison dernière en 3ème place avec 82 pts, 17 victoires, 1 nul et 12 défaites.


Le contexte et l‘enjeu du match

Perpignan n’ayant pu disputer sa 1ère journée avec la réception de Lille ou Dax (suite au marathon judiciaire de l’été), c’est à Carcassonne que l’USAP  a débuté sa saison et de fort belle manière. Ce derby fut tendu avec pas moins de 4 cartons jaune et 2 cartons rouge distribués et 11 pénalités réussies. A ce jeu là, c’est Perpignan qui a fait preuve d’une belle maîtrise avec la réussite exemplaire de son ouvreur Jonathan Bousquet auteur de 8 pénalités et 2 transformations, soit 28 pts. La mêlée usapiste fut également royale en concassant son adversaire pendant toute la partie et l’équipe obtient 2 essais (dont 1 de pénalité) mais aurait pu aussi avoir le bonus offensif. Du lourd d’entrée et une réception à Aimé Giral qui promet …

Les montois sont dans le dur dès le début de ce championnat pour un 1er bloc que l’on supputait périlleux : après la défaite à Béziers expiquée par une absence coupable d’engagement des joueurs sur les fondamentaux, l’équipe a bien réagi face au LOU en étant présente dans le combat et en ayant mis l’intensité nécessaire pour l’emporter. Le Stade Montois réalisa une honnête 1ère mi-temps avec un avantage de 9 pts à la pause (15 à 6). La 2nde mi-temps fut plus difficile, le LOU ayant décidé de porter un peu plus le ballon et de cesser les fautes d’indisciplines ayant coûté de nombreux points en 1ère mi-temps. Le tournant du match fut l’essai en contre marqué par l’ailier Toby Arnold à la 50ème minute de jeu. Les montois vont alors s’épuiser dans des solutions individuelles, en manquant de puissance et de liant. Le bonus défensif leur permet de sortir de ces 2 rencontres avec un bilan bien maigre et qui fragilise un peu les ambitions du club.

La réception à Aimé Giral, dans un stade chaud et passionné, va constituer un 1er grand test sur la capacité de l’équipe jaune et noir a redressé la tête et se hisser au niveau qui avait été le sien en fin de saison l’an dernier. Après cette rencontre, la dernière du bloc les amènera à recevoir Colomiers, leur bête noire, déjà vainqueur des 2 dernières éditions en septembre 2013 et 2014 à Boniface …  Difficile 1er bloc, comme prévu !!!

Eric FRICOT

Réagissez à l'article ! Qu'en pensez vous??

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :